Weird era again (Deerhunter, nouvel album en mai)

Deerhunter, annonce son label 4AD, sera bientôt de retour avec un nouvel album : le successeur d’Halcyon Digest sortira le 7 mai, et s’intitulera Monomania : signe que le groupe de Bradford Cox n’a a priori pas perdu la bizarrerie un peu tordue qui fait sa singularité, et que confirme sur l’annonce du label la photo postée et le texte même du communiqué, livré ici texto (ce sera notre « texte mystère de la semaine ») :

 » Mystery disc of NOCTURNAL GARAGE. rat tapes / NEW FORMAT is avant garde(?) but only in context not form (original intent of avant garde (1912-59) / before logic: FOG MACHINE / LEATHER / NEON

RECORDED VIA MULTIPLE 8TRAX into MCI MIXING DESK by Bradford Cox and Nicolas Vernhes in Brooklyn, Borough of New York JAN-FEB 2013

5th Longplaying Album from American (GA) Rock Group Deerhunter Resistant to HISTORICAL / FUTURIST SNARES (1959_)  »

Weird, toujours, heureusement… Avec une annonce comme ça, on attend en particulier avec impatience ce que révèleront les 11 titres annoncés, quand on voit que l’album commencera par un morceau intitulé « Neon Junkyard » et ne se terminera par rien moins que « Punk (La Vie Antérieure) ».

En attendant d’entendre le nouveau disque (et le concert parisien annoncé dans la foulée le 22 mai au Trianon [il y a aussi Bruxelles le 21]) de ce groupe dont le leader est atteint du syndrôme de Marfan (une maladie génétique qui est caractérisée par une « anomalie du tissu conjonctif », pouvant se manifester entre autres par des déformations squelettiques type dolichosténomélie — longueur excessive des extrémités —, grande taille, arachnodactylie… [voir ici], ou pulmonaires ; la comparaison pourrait être de mauvais goût, mais on ne peut malgré tout s’empêcher d’y voir au moins une métaphore active de ces petites déformations qui traversent toute la production weirdo de Deerhunter), d’y retrouver sans doute leur drôle d’alliage entre pop et phobies diverses, progressions psychédélico-planantes et ruptures disloquées, arpèges mélodiques et embardées expérimentales, lignes répétitives et avancées progressives, quelques extraits pour se rafraîchir la mémoire :

– version mélodique, pop, douce et propre avec le déploiement répétitif évolutif de ces Desire Lines (extrait d’Halcyon Digest ; exceptionnellement chanté non pas par Bradford Cox mais par Lockett Pundt, l’autre guitariste) :

– versions plus chaotiques puis psychédélique avec ces trois extraits de Weird Era Continued, cet album supplémentaire (et leur meilleur) qu’ils avaient eu l’excellente idée de joindre en bonus de leur album Microcastle (2008), constitué de morceaux plus expérimentaux  — ici les premiers (Backspace Century et Operation, coups de poings obsessionnellement et chaotiquement rageurs) et le dernier (Calvary Scars II / Aux. out, 10 minutes répétitivo-progressives) :

 

Mise à jour (5 avril ’13) : un premier extrait vient d’être mis en ligne, Monomania :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s