« … une sorte d’autobiographie, sans rien de personnel, sans souvenirs, sans intentions, sans moi… »

Matthieu Mével, J’étais un roi mage (nébuleux)

lisible sur nerval.fr

« Je regardais le monde des illusions (j’étais heureux). Je buvais les idées bizarres de la maladie. »

« … une sorte d’autobiographie, sans rien de personnel, sans souvenirs, sans intentions, sans moi… »

Dans ce texte avec les ombres de Lautréamont ou de Walser, l’originalité de Mathieu Mével c’est aussi comment il importe dans la narration la dramaturgie de la performance et du théâtre, hissant et littéralement nettoyant le récit, lui donnant sa marche et son relief, produisant la mise en avant des voix… Le lyrisme, en permanent subverti par les images concrètes de l’écrit, n’en apparaît que mieux.

http://nerval.fr/spip.php?article78

Publicités