« Comment se tenir sur terre avec tout ça. Comment se tenir entre les mots et le trop gros silence. » — Marc François, bis (Victoria, la lettre)

Bon, Coup fantôme ne va pas recollecter et republier tous les textes de Marc François — à d’autres de le faire, ils le font, on le sait, cela ressortira un jour, presque bientôt sans doute, et l’on pourra redécouvrir ces textes, et Marc François. Mais, de fil en aiguille, de texte en texte, après les textes de programmes de Cinna + La Mort de Pompée postés ici il y a peu, le souvenir d’autres, et d’autres spectacles, ressurgissent, insistent. Alors, voici aussi le texte de présentation de Victoria, la lettre, de Knut Hamsun, que Marc François avait mis en scène à Dieppe puis au Théâtre de la Bastille en 1998-99. Et une pensée pour Margaret Zenou, magnifique interprète (précédée, à la Bastille, d’un monologue de Johannes/Pascal Kirsch) de cette Victoria sur le seuil, à la lisière (de la vie et de la mort — « Cher Johannes, quand vous lirez ces lignes, je serai morte » : ainsi s’ouvrait son monologue —, et plus), dans une étroite bande d’espace et comme menacée par la blancheur des lumières, assise sur le bord d’une chaise, entre la crispation/déchirure/dislocation de la douleur et le mouvement d’effacement de la disparition.

.

La douleur. On ne sait pas de laquelle il s’agit. Douleur d’amour, douleur de mort. C’est la confusion, c’est en tout cas la maladie. Les états se succèdent, océaniques. Il y a bien sûr la souffrance physique, morale aussi. Perte de l’orgueil, humilité obligatoire, on marche sur la terre, un point c’est tout. Beaucoup de larmes, par trop de sensations mais aussi, parfois, parce que l’on se découvre insensible à tout, alors on pleure.

Donc souffrance et absence de souffrances, aussi tragiques l’une que l’autre. Bouleversé continuellement.

Comment se tenir sur terre avec tout ça. Comment se tenir entre les mots et le trop gros silence. Silence absolu, tyrannisant, qui impose sa loi. Il est très difficile d’énoncer une parole, dernière, qui n’a jamais été dite. Le silence : marcher sur des épingles.

Lumière et transfiguration de l’agonisante. Tout paraît tendre vers le blanc. Aveuglant. Dangereux. Si tout est blanc, tout est mort.

Lumière changeante continuellement, par la fenêtre, on ne sait plus à quoi s’en tenir avec ce temps. Il disloque tout et martyrise les sens.

On ne sait effectivement plus à quoi s’en tenir.

Seul l’amour est un roc et elle s’y assoit inconfortablement comme sur une chaise mais c’est toujours ça.

Plus la mort approche et plus la vie est éclatante.

Il y a peut-être une vraie joie, à faire pleurer.

Une fenêtre, un rideau, une scène très longue et peu profonde comme un couloir et une chaise, isolée.

Elle a une robe simple et longue entre le blanc et le jaune, cou dégagé.

On a peur pour elle, elle paraît trop nue sous l’étoffe.

Déjà on pense au squelette et la chair est de peu de matière, aléatoire et transparente.

Même les os ne résisteront pas et elle n’est plus qu’une flamme, elle laisse une traînée de lumière sur son passage.

 

Marc François

[texte du dossier de presse de Victoria, la lettre, d’après Knut Hamsun, pour les représentations au Théâtre de la Bastille, 2-21 novembre 1999]

 

Publicités

Danser sur la mort (DeLaVallet Bidiefono, Au-delà)

[Republication d’un post publié au moment des représentations du spectacle au dernier Festival d’Avignon. Au-delà, magnifique spectacle de DeLaVallet Bidiefono, passe à partir de ce soir et pour 5 dates à la Maison des Arts de Créteil — et poursuit ensuite sa tournée ailleurs en France.

http://www.maccreteil.com/fr/mac/event/209/au-dela

]

.

« Le titre Au-delà indique bien cet endroit de seuil, du passage. A Brazzaville, les tombes sont partout, la ville est elle-même un cimetière, dans lequel nous vivons. J’en viens parfois à me demander si c’est nous qui sommes morts, ou eux qui sont partis. Nous partageons le même espace. Quant à nous, nous dansons sur les tombes, sur cet espace funeste mais vivant. » (DeLaVallet Bidiefono, entretien dans le programme de salle du spectacle).

Danser sur la mort, danser sur les tombes, danser avec les morts. Avec une vitalité inouïe, et partagée. Une danse macabre, pour des corps à l’énergie intense, vibrante tout autant que tremblante. Possédée, c’est-à-dire partagée.

Le spectacle du chorégraphe congolais s’ouvre sur un corps comme en pesanteur, impressionnant — la faucheuse sous les aspects d’un homme d’une carrure terrifiante, sortant de l’obscurité, au rictus doucement terrible. Il s’achèvera par un monologue répétitif de celui qui aura porté les morceaux de texte de Dieudonné Niangouna qui accompagnent la danse de sa voix abîmée (voix « de hyène », dixit NK) — Athaya Mokonzi, le « Tom Waits congolais » —, adossé à un arbre : « J’aime XXX, mais je suis dans le vide ». Entre les deux, les danseurs (et les musiciens) de Delavallet Bidiefono auront dansé sur et avec la mort : sur les deuils quotidiens, les catastrophes et les charniers de la guerre civile qui apparaîtront à un moment en une image courte et violemment pudique — elle surgit là, par quelques corps allongés les uns à côté des autres, courte séquence parmi les autres, image marquante mais prise dans la foule des autres (« Beaucoup d’images. Trop d’images. » sont les premières paroles du spectacle, dites par le corps de la mort évoqué quelques lignes plus haut). Avec une énergie impressionnante, ils auront convoqué les morts regrettés, commémoré les morts tout autour, les auront accompagné, pris avec eux, porté. Ils auront été ensemble, indistincts. Ils auront dansé la mort, et l’auront elle-même conjurée, apprivoisée dans toute la violence que cela implique, et même mise à mort — un tom de batterie retourné  sur la tête du corps musculeux au rictus sidérant suffit à l’étouffer : elle continue à parler sous la caisse de batterie mais le retournement carnavalesque a bien eu lieu — « A mort la mort »…

Genet avait sans doute rêvé un tel « théâtre dans un cimetière », comme il le réclamait dans L’Etrange mot d’…, faisant revivre les morts, mais aussi aussi vivant avec eux — oui : vivant.

« J’en viens parfois à me demander si c’est nous qui sommes morts, ou eux qui sont partis. » : lorsque un homme (Delavallet Bidiefono) danse et fait venir sur scène une jeune femme, on ne sait si c’est le/la mort(e) qui convoque le/la vivant(e) ou l’inverse — qui est le/la mort(e) et qui est le/la vivant(e), qui regrette et convoque qui. Lorsqu’un homme au rictus grotesque court à toute blinde derrière les arcades du cloître des Célestins, c’est un mort perdu mais dont la course n’a rien d’une disparition, mais tout d’une présence insistante et vivace. Lorsque Athaya Mokonzi scande, dans son rythme et ses costumes de rocker ou pris, manipulé (à l’horizontale, à la verticale, etc.) comme démantelé par d’autres danseurs face au public sans jamais perdre l’assise de sa voix rocailleuse, on ne sait s’il parle d’outre-tombe ou de la présence bien concrète et vivante de sa voix singulière. Lorsque les corps en groupe avancent et reculent, tous ensemble, tous sur le même rythme, du lointain à la face du plateau, ce sont à la fois les revenants et la danse des vivants qui les convoquent. Mêlés, dans cet au-delà qui est en effet un entre-deux (un entre-tous), un « endroit de seuil, du passage » — comme l’est celui de la possession, où les vivants sont habités par les morts qu’ils commémorent, dans une violence intacte mais qui est bien celle de la vie. Corps agités de spasmes et de soubresauts, corps vibrants et tressaillants, qui traversent et sont traversés par la mort qui les entoure. Qui dansent de/sur/avec la mort toujours présente, se jouent d’elle tout en accueillant avec amour ceux qu’elle a emporté qu’elle emporte. Elégie, affirmation de vie, rituel, carnaval, mémoire, résistance : Au-delà est tout ça, dans son énergie vitale incroyable.

Au-delà, chorégraphie de Delavallet Bidiefono dont les représentations viennent de s’achever au cloître des Célestins pour le Festival d’Avignon, sera en tournée cette saison, en particulier en France.

chorégraphie DeLaVallet Bidiefono
musique Morgan Banguissa, DeLaVallet Bidiefono, Armel Malonga
texte Dieudonné Niangouna
assistant à la chorégraphie Destin Bidiefono
lumière Stéphane ‘Babi’ Aubert
son Jean-Noël Françoise

avec Morgan Banguissa, Jude Malone Bayimissa, DeLaVallet Bidiefono, Ingrid Estarque, Ella Ganga, Armel Malonga, Athaya Mokonzi, Nicolas Moumbounou, Igor Nlemvo Massamba.

Les dates de Au-delà après le Festival d’Avignon : du 15 au 17 août 2013 au Zürcher Theater Spektakel à Zurich ; les 19 et 20 août au Noorderzon à Groningen ; du 14 au 18 janvier 2014 à la Maison des Arts et de la Culture de Créteil ; le 21 janvier au Grand R Scène nationale de la Roche-sur-Yon ; le 29 janvier à La Faïencerie Théâtre de Creil Scène conventionnée ; le 31 janvier au Théâtre Romain Rolland de Villejuif ; les 3 et 4 février à la Maison de la Danse à Lyon ; le 6 février à Théâtres en Dracénie à Draguignan ; le 8 février au Carré Sainte-Maxime ; le 11 février à l’Hippodrome de Douai ; le 14 février au Centre national de Création et de Diffusion culturelles de Châteauvallon à Ollioules ; le 18 février au Théâtre de Charleville-Mézières ; le 20 février au Manège Mons Maubeuge.

http://www.festival-avignon.com/fr/Spectacle/3454

teaser MAC :

Marguerite et le dragon, un film de Raphaëlle Paupert-Borne et Jean Laube

Vu à « Cinéma du réel » il y a deux ou trois ans, le très simple, beau et poignant Marguerite et le dragon, de Raphaëlle Paupert-Borne et Jean Laube, est à voir désormais, en salles et en DVD (le DVD sera disponible à partir du 5 novembre).

En salle, Marguerite et le dragon sort au Saint-André des Arts,
Il sera projeté tous les jours (sauf le mardi) à 13h30, du 30 octobre au 11 novembre.

Les séances du week-end seront suivies de rencontres et débats :
– le samedi 2/11 avec les réalisateurs,
– le dimanche 3/11 avec Zahia Rahmani (historienne de l’art et écrivain),
– le samedi 9/11 avec Laurent Mauvignier (écrivain) et Cyril Neyrat (critique de cinéma),
– le dimanche 10/11 avec Cyril Neyrat

Présentation du film :

« Marguerite a été emportée par le dragon. Elle avait une maladie, la mucoviscidose.
La chronique de ses six années de vie se déroule, par séquences, par plages musicales – premiers instants, toute petite enfance, chambres d’hôpitaux, amitiés, fêtes et jeux de l’été – entrecoupées d’ouvertures sur le paysage. C’est le récit d’une vie entière. L’issue du film est donnée dès le début, mais chaque seconde est ici montrée pour son intensité, son miracle et, en conséquence, sa résistance à la mort. Marguerite et le dragon est un film sur la grâce et la fragilité de la vie, qui sont aussi sa force et sa puissance. »

Vous pouvez lire en cliquant ICI trois textes sur le film de Jean-Paul Fargier (« Le prix de la vie »), Laurent Mauvignier (« Marguerite, le dragon, et nos armures »), et Yannick Haenel (« A propos de Marguerite et le dragon« ).

Et un article récent du Monde (« Marguerite et le dragon, le deuil transfiguré », par Noémie Luciani, 29/10/2013) à lui récemment consacré.

Lou…

Lou Reed est mort aujourd’hui, vient-on d’apprendre.

http://www.rollingstone.com/music/news/lou-reed-velvet-underground-leader-and-rock-pioneer-dead-at-71-20131027

La notice wikipedia en anglais a déjà été mise au passé, ce qui fait un drôle d’effet : « Lewis Allan « Lou » Reed (March 2, 1942 – October 27, 2013) was an American rock musician, songwriter, and photographer. »

Annoncé en tout début d’après-midi par Rolling Stones : Lou Reed est donc décédé ce dimanche matin…:

Ouch.

Reed-Romanticism-2-600x399

(photographie de Lou Reed, Rimes/Rhymes, Photosynthèses ed., 2012)

 

Danser sur la mort (DeLaVallet Bidiefono, Au-delà)

« Le titre Au-delà indique bien cet endroit de seuil, du passage. A Brazzaville, les tombes sont partout, la ville est elle-même un cimetière, dans lequel nous vivons. J’en viens parfois à me demander si c’est nous qui sommes morts, ou eux qui sont partis. Nous partageons le même espace. Quant à nous, nous dansons sur les tombes, sur cet espace funeste mais vivant. » (DeLaVallet Bidiefono, entretien dans le programme de salle du spectacle).

Danser sur la mort, danser sur les tombes, danser avec les morts. Avec une vitalité inouïe, et partagée. Une danse macabre, pour des corps à l’énergie intense, vibrante tout autant que tremblante. Possédée, c’est-à-dire partagée.

Le spectacle du chorégraphe congolais s’ouvre sur un corps comme en pesanteur, impressionnant — la faucheuse sous les aspects d’un homme d’une carrure terrifiante, sortant de l’obscurité, au rictus doucement terrible. Il s’achèvera par un monologue répétitif de celui qui aura porté les morceaux de texte de Dieudonné Niangouna qui accompagnent la danse de sa voix abîmée (voix « de hyène », dixit NK) — Athaya Mokonzi, le « Tom Waits congolais » —, adossé à un arbre : « J’aime XXX, mais je suis dans le vide ». Entre les deux, les danseurs (et les musiciens) de Delavallet Bidiefono auront dansé sur et avec la mort : sur les deuils quotidiens, les catastrophes et les charniers de la guerre civile qui apparaîtront à un moment en une image courte et violemment pudique — elle surgit là, par quelques corps allongés les uns à côté des autres, courte séquence parmi les autres, image marquante mais prise dans la foule des autres (« Beaucoup d’images. Trop d’images. » sont les premières paroles du spectacle, dites par le corps de la mort évoqué quelques lignes plus haut). Avec une énergie impressionnante, ils auront convoqué les morts regrettés, commémoré les morts tout autour, les auront accompagné, pris avec eux, porté. Ils auront été ensemble, indistincts. Ils auront dansé la mort, et l’auront elle-même conjurée, apprivoisée dans toute la violence que cela implique, et même mise à mort — un tom de batterie retourné  sur la tête du corps musculeux au rictus sidérant suffit à l’étouffer : elle continue à parler sous la caisse de batterie mais le retournement carnavalesque a bien eu lieu — « A mort la mort »…

Genet avait sans doute rêvé un tel « théâtre dans un cimetière », comme il le réclamait dans L’Etrange mot d’…, faisant revivre les morts, mais aussi aussi vivant avec eux — oui : vivant.

« J’en viens parfois à me demander si c’est nous qui sommes morts, ou eux qui sont partis. » : lorsque un homme (Delavallet Bidiefono) danse et fait venir sur scène une jeune femme, on ne sait si c’est le/la mort(e) qui convoque le/la vivant(e) ou l’inverse — qui est le/la mort(e) et qui est le/la vivant(e), qui regrette et convoque qui. Lorsqu’un homme au rictus grotesque court à toute blinde derrière les arcades du cloître des Célestins, c’est un mort perdu mais dont la course n’a rien d’une disparition, mais tout d’une présence insistante et vivace. Lorsque Athaya Mokonzi scande, dans son rythme et ses costumes de rocker ou pris, manipulé (à l’horizontale, à la verticale, etc.) comme démantelé par d’autres danseurs face au public sans jamais perdre l’assise de sa voix rocailleuse, on ne sait s’il parle d’outre-tombe ou de la présence bien concrète et vivante de sa voix singulière. Lorsque les corps en groupe avancent et reculent, tous ensemble, tous sur le même rythme, du lointain à la face du plateau, ce sont à la fois les revenants et la danse des vivants qui les convoquent. Mêlés, dans cet au-delà qui est en effet un entre-deux (un entre-tous), un « endroit de seuil, du passage » — comme l’est celui de la possession, où les vivants sont habités par les morts qu’ils commémorent, dans une violence intacte mais qui est bien celle de la vie. Corps agités de spasmes et de soubresauts, corps vibrants et tressaillants, qui traversent et sont traversés par la mort qui les entoure. Qui dansent de/sur/avec la mort toujours présente, se jouent d’elle tout en accueillant avec amour ceux qu’elle a emporté qu’elle emporte. Elégie, affirmation de vie, rituel, carnaval, mémoire, résistance : Au-delà est tout ça, dans son énergie vitale incroyable.

 

Au-delà, chorégraphie de Delavallet Bidiefono dont les représentations viennent de s’achever au cloître des Célestins pour le Festival d’Avignon, sera en tournée cette saison, en particulier en France.

chorégraphie DeLaVallet Bidiefono
musique Morgan Banguissa, DeLaVallet Bidiefono, Armel Malonga
texte Dieudonné Niangouna
assistant à la chorégraphie Destin Bidiefono
lumière Stéphane ‘Babi’ Aubert
son Jean-Noël Françoise

avec Morgan Banguissa, Jude Malone Bayimissa, DeLaVallet Bidiefono, Ingrid Estarque, Ella Ganga, Armel Malonga, Athaya Mokonzi, Nicolas Moumbounou, Igor Nlemvo Massamba.

Les dates de Au-delà après le Festival d’Avignon : du 15 au 17 août 2013 au Zürcher Theater Spektakel à Zurich ; les 19 et 20 août au Noorderzon à Groningen ; du 14 au 18 janvier 2014 à la Maison des Arts et de la Culture de Créteil ; le 21 janvier au Grand R Scène nationale de la Roche-sur-Yon ; le 29 janvier à La Faïencerie Théâtre de Creil Scène conventionnée ; le 31 janvier au Théâtre Romain Rolland de Villejuif ; les 3 et 4 février à la Maison de la Danse à Lyon ; le 6 février à Théâtres en Dracénie à Draguignan ; le 8 février au Carré Sainte-Maxime ; le 11 février à l’Hippodrome de Douai ; le 14 février au Centre national de Création et de Diffusion culturelles de Châteauvallon à Ollioules ; le 18 février au Théâtre de Charleville-Mézières ; le 20 février au Manège Mons Maubeuge.

http://www.festival-avignon.com/fr/Spectacle/3454

Such a loss – post-scriptum (& now : the party)

Mais comment avons-nous pu ne pas y penser (je dis nous, coup fantôme, en rédigeant le post « Such a loss« , mais surtout tous ceux qui ont publié des playlists des chansons anti-maggie à l’occasion de la mort de Thatcher) ? Il a fallu que Trafalgar Square accueille, hier soir, ceux qui tenaient à fêter collectivement la disparition de la Dâmdeuffère pour réaliser qu’il y avait un titre de circonstance, bizarrement oublié jusque là : Mogwai, bien sûr (alors, c’est peut-être parce que ce n’est pas vraiment des mots, les rares fois où il y en a, qu’on s’occupe en écoutant Mogwai…), qui il y a deux ans, sur Hardcore will never die but you will (2011), situait non sur Trafalgar Square mais sur George Square la fête rêvée à venir :  George Square Thatcher Death Party, donc.